| Textes |

5 article (s) : 

Appartement

A la fin du XVIIe siècle, le mot « appartement » désigne l’ensemble des réceptions offertes certains soirs, à partir de 1682, par Louis XIV dans ses Grands Appartements du château de Versailles. En effet, d’octobre à Pâques, trois fois par semaine, de 18 heures à 22 heures, les salons d’apparat accueillent les courtisans, conviés à partager divers plaisirs avec la famille royale. Comme le définit...

Voir le texte intégral

Que ma joie demeure

Un roman de Christian Bobin, « La Folle Allure », est à l’origine de cette création de Béatrice Massin. Sa lecture déclenche en elle l’envie de travailler sur la joie, le plaisir et sur l’architecture musicale de Jean-Sébastien Bach. Depuis longtemps elle songeait à aborder ce compositeur. Pour sa première approche, elle choisit les deuxième, troisième et sixième concertos brandebourgeois, décidée à en...

Voir le texte intégral

La belle danse ou le classicisme français au sein de l’univers baroque

Une conférence d’introduction au spectacle de Christine Bayle « Figures et belle-dance dans les Cours d’Europe au temps de Louis XIV » donné dans le cadre de l’exposition « Triomphes du Baroque » à Marseille le 20 janvier 2001.

L’expression belle danse désigne un style qui se développe en France dans la première moitié du XVIIe siècle. Il est rare d’avoir ainsi une dénomination non créée a posteriori, comme par exemple musique classique, baroque, architecture gothique, baroque, néoclassique et bien d’autres, mais bien contemporaine de...

Voir le texte intégral

Fêtes Galantes

Béatrice Massin fonde la compagnie Fêtes galantes à la fin de l’année 1993. Elle le fait en suivant le conseil de Francine Lancelot, au moment où la compagnie Ris et Danceries cesse la production et la diffusion de ses spectacles. Dans un esprit de filiation, Béatrice Massin manifeste le même désir d’approfondir et de faire connaître les multiples aspects de la danse dite baroque. Pour cela, elle fait...

Voir le texte intégral

Eclat des muses

En 1983, Christine Bayle quitte la compagnie Ris et danceries pour créer son propre ensemble de musique et de danse anciennes qu’elle baptise : L’éclat des muses. Il s’agit, dans l’esprit de sa fondatrice, de réunir musiciens et danseurs autour d’un projet destiné à poursuivre la recherche tant dans le domaine musical que chorégraphique et à « allier les arts des XVIe au XVIIIe siècles au spectacle...

Voir le texte intégral


 | Index |