À bâtons rompus avec... Betty Jones et Fritz Ludin, octobre 1974 (88’)

Lorsque Lise Brunel réalise cet entretien avec Betty Jones (1926-2020) et Fritz Ludin (1934-....), en octobre 1974, le couple vient de faire une «  brève apparition  » au Théâtre de la Cité Internationale. La journaliste reçoit les deux artistes chez elle, à Courbevoie, dans une ambiance très amicale, autour d’un repas auquel participent son mari, Jacques, et son fils Fabrice Dugied (1963-2016) qui s’apprête à danser un petit spectacle de sa composition (« Cyclamen »).

En 1970, après avoir travaillé de nombreuses années avec José Limon, Betty Jones et Fritz Ludin fondent leur propre compagnie, Dances i dance, avec laquelle ils vont faire vivre un répertoire «  de chorégraphies modernes allant de la pure recherche de mouvement à la cocasserie absurde  »*. Lise Brunel questionne les deux danseurs sur les chorégraphes et les œuvres qu’ils ont choisis pour ce programme au TCI. Ils évoquent ainsi tout à tour Martha Wittman avec On Dancing, Shirley Ririe et Joan Woodbury avec Play it as it rings, Dan Wagoner avec Duet et Carl Wolz avec The Warrior and the widow.

La discussion aborde aussi les sujets de la technique et de l’enseignement de la danse, notamment chez José Limon mais aussi Martha Graham ou encore Alwin Nikolais. Enfin est évoquée l’actualité des spectacles parisiens avec une critique assez sévère de la reprise au Palais des sports, en juin 1974, de la Pavane du Maure de José Limon par l’Opéra de Paris et Rudolf Noureev. La discussion s’achève sur l’évocation du film Air for the G string de Doris Humphrey, chorégraphe américaine dont Betty Jones porte également l’héritage.

JPEG - 70.5 ko
Betty Jones ; Fritz Ludin - "Dances we dance" - Théâtre de la Cité internationale (TCI, Paris) - 7 octobre 1974 / Fonds Gilles Hattenberger – Médiathèque du CN D
Manuscrit l’entretien avec Betty Jones et Fritz Ludin, octobre 1974
Fonds Lise Brunel – Médiathèque du CN D
PNG - 350.5 ko
31 pages - Cliquer pour consulter le manuscrit