À bâtons rompus avec... Martha Graham, janvier 1984 (62’)

En janvier 1984, Rudolf Noureev – tout nouveau directeur de la danse à l’Opéra de Paris – invite, à l’occasion de ses 90 ans, Martha Graham (1894-1991) et sa compagnie sur la scène du Palais Garnier. Spectatrice fidèle de l’artiste depuis sa première venue en France en 1963, Lise Brunel débute son entretien par des questions autour de la nouvelle production de Phaedra’s Dream (1962) dans laquelle Noureev interprète le rôle d’Hippolyte, avant d’insister sur le rôle majeur de Graham dans l’histoire de la danse moderne américaine. La chorégraphe évoque ses différentes sources d’inspiration (histoire des États-Unis, mythologie, etc.) et se remémore la réception publique de ses œuvres, par exemple lors de tournées en Asie ou encore à Florence (Italie). Puis Martha Graham rappelle ses débuts, notamment comme interprète dans le Sacre du printemps de Léonide Massine en 1930, et parle de ces personnalités qui l’ont profondément marquée telles l’écrivaine et militante politique américaine Helen Keller ou encore Merce Cunningham, danseur dans sa compagnie de 1939 à 1944. À l’inverse, évoquant Mary Wigman, figure de la danse moderne allemande, Graham la juge « peu sympathique ».

JPEG - 539.7 ko
Martha Graham, "Night Journey", Festival international de danse de Paris, Théâtre des Champs-Élysées, 19 octobre 1976 / Fonds Jean-Marie Gourreau – Médiathèque du CN D