Autres oeuvres graphiques

Parallèlement à ses dessins et inventions de danses, Patrick Bossatti travaille à l’élaboration d’une « cosmogonie personnelle » qui livrerait sa conception imaginaire d’une nouvelle représentation du monde. Ce « cosme », incluant toutes ses œuvres et tentatives depuis la fin de son adolescence, sera le sujet central de sa thèse de doctorat en science de l’art (1993), entre théorie et création plastique.

Ses recherches sur l’anatomie et la figuration du corps masculin, et plus encore sur la place du corps dans l’espace et dans le « décor », et les enjeux de la perception, sont – autant que la danse – révélatrices de son œuvre envisagée globalement, même si, au fil des années, son travail atteint un degré de conceptualisation qui le fait évoluer vers plus d’abstraction.

L’œuvre de Patrick Bossatti doit être regardée comme organisée, par sa réflexion, en « système ». Mais chaque réalisation garde sa singularité et sa force propre qu’il s’agisse de dessins destinés à un proche (« Petite danse du retard », ca 1992), d’essais de théorisation graphique (« Ante Mana », 1988, ou – mâtinés de fantaisie – les « Quelques Mana exercices », ca 1992), ou encore des pages, plus sombres, de ses « Cahiers de la désolation » (>1990).


Voir en ligne : 4