Ballet royal du Cambodge

Après la chute du royaume khmer, au XVe siècle, l’art chorégraphique royal qui occupait une place importante dans la civilisation angkorienne connaît une longue période de déclin. Déjà, au cours des derniers siècles, les souverains khmers avaient été obligés de réunir la totalité du trésor royal y compris vraisemblablement les tiares et bijoux d’or de leurs danseuses pour lever des armées et monnayer le départ des envahisseurs étrangers. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la danse classique de cour, qui continue plus ou moins à être pratiquée, se charge d’influences populaires mais aussi siamoises et annamites.


Voir en ligne : http://thot.cnd.fr/article.php++cs_INTERRO++idfi...