Barres flexibles (Les)

L’originalité de la méthode d’enseignement de la danse classique mise en oeuvre par Wilfride Piollet réside, entre autres, dans son refus d’utiliser la barre et le miroir, supports traditionnels dans l’enseignement de la danse classique académique. Elle substitue à ces deux supports une mise en relation et en opposition de points dans le corps, à partir desquels le mouvement s’organise. Cette ligne fictive entre deux points est appelée, selon les termes du poète René Char, une « barre flexible ». Cependant, il ne faut pas croire que ces points sont désignés au hasard dans le corps. Ils prennent sens dans une conception du corps proposée par Wilfride Piollet : un corps à « trois étages » matérialisés par l’étage de la tête, du coeur et du bassin.Cette conception du corps doit être envisagée à la lumière du parcours professionnel de cette artiste. En effet, sa pratique de la danse mêlée aux nombreuses rencontres qu’elle a pu faire lui ont permis d’entrevoir une autre façon de travailler et de s’échauffer en danse classique.


Voir en ligne : http://thot.cnd.fr/article.php++cs_INTERRO++idfi...