Introduction

La danse s’élabore dans le secret des studios, dans une relation singulière entre chorégraphe et interprète. Cette étape essentielle mais peu connue de la création chorégraphique prend des chemins divers selon les époques et les styles, et ce, d’autant plus aujourd’hui où la recherche se veut souvent transdisciplinaire.

Jusqu’au XIXe siècle, la danse s’appuie sur un répertoire de pas et de figures avec lequel la danse moderne rompt au XXe siècle. Les chorégraphes cherchent alors à forger leur propre langage. Isadora Duncan libère le mouvement à la recherche d’une danse organique tandis que le compositeur Louis Horst forme toute une génération de chorégraphes américains qui vont travailler sur une structuration chorégraphique proche de la structure musicale. Dans les années 1950-1960, les recherches de Merce Cunningham et John Cage affranchissent la chorégraphie de tout cadre (musical, spatial, temporel) et ouvrent un champ infini de recherche. L’improvisation est souvent mise en jeu lors des processus de composition et cet élément alors essentiel du travail de studio peut être conservé jusqu’à la représentation. L’œuvre est ainsi renouvelée partiellement, voire intégralement, à chaque présentation publique.

Ces processus souvent très personnels peuvent se retrouver dans les « papiers » des chorégraphes sous forme de dessins, croquis, notes descriptives, mots isolés, tracés, plans, grilles. Autant de façons de transcrire la pensée en mouvement, qui prennent place dans le processus de composition. Parfois simple mémoire d’une chorégraphie existante, mots et traits peuvent également décrire ce qui s’est joué dans le studio. Véritable plongée dans l’outillage chorégraphique de l’artiste ou ballade dans son imaginaire, ces notes conceptualisent parfois le mouvement ou en sont le reflet émotif.
Les fonds d’archives de la médiathèque du Centre national de la danse sont riches de tels écrits, hétérogènes et surprenants. A côté de l’œuvre et loin de s’y substituer, ils rendent compte de la démarche et des réflexions successives qui sont à l’œuvre dans le travail de création chorégraphique. La diversité de ces écrits témoigne de la diversité de cet art et des chemins multiples qui le constituent.