Extraits de l’ouvrage de Pierre Landrin, maître de ballet, " Recoeuille de différente contredance française… ", [1770 ?]

« …Assemblage d’éléments définis et dont les combinaisons sont renouvelables […] Quiconque possède les éléments et s’informe de leur agencement momentané peut trouver place parmi les danseurs… » [1]

La contredanse est une danse de bal et de théâtre très appréciée en Europe du XVIIIe jusqu’au début du XIXe siècle. Les notations écrites, musicales et chorégraphiques, vont en faciliter la diffusion et le succès, puisque la contredanse française deviendra la principale danse des bals. Ces notations sont gravées puis éditées sur des feuilles volantes que l’on peut vendre à la pièce, brocher en petits cahiers ou relier en volumes.
Après différentes étapes, c’est vers 1760 que se dessine puis se généralise la forme du document présenté ici : une feuille à 4 volets portant le titre, l’explication, les figures (on distingue 4 couples de danseurs avec motif plein pour les hommes, motif évidé pour les femmes) et la musique. Pierre Landrin, maître de danse dont nous voyons ici la description d’une contredanse nommée "La Petite Henriette", a particulièrement personnalisé ses réalisations qu’il gravait et éditait lui-même.

JPEG - 199.8 ko
La Petite Henriette : le plan des figures © Médiathèque du CND
JPEG - 230.6 ko
La Petite Henriette : la partition musicale © Médiathèque du CND
JPEG - 191.3 ko
La Petite Henriette : page de titre portant le nom de la contredanse © Médiathèque du CND

Ce document provient de la donation Gilberte Cournand.