Hay, Deborah

Au-delà des ses créations, deux éléments semblent ponctuer le parcours de Deborah Hay : ses lieux de vie
marquant chaque fois une période de travail très spécifique (New-York, le Vermont et le Texas) et ses
publications affinant toujours plus sa pensée du corps en mouvement et sa position de danseuse
chorégraphe.
Née à Brooklyn en 1941, Deborah Hay se forme à la danse auprès de sa mère et de Bill Frank notamment
au sein de la Henry Street Playhouse. Elle s’installe à New York dans les années 1960 où elle poursuit sa
formation avec Mia Slavenska, John Waring et Merce Cunningham. Elle suit le cours de composition de
Robert Dunn en 1961 et présente ses premières pièces lors des concerts du Judson Dance Theater dont
elle fait partie. Deborah Hay danse dans la compagnie de James Waring avant d’intégrer celle de Merce
Cunningham en 1964 pour une tournée mondiale.
A partir de 1967, elle chorégraphie des danses de groupes avec notamment des amateurs. Elle donne des
classes gratuites dans son loft de Soho pour rassembler des danseurs qui l’aideront à tester ses concepts
chorégraphiques. Deborah Hay réalise au fil du temps que son intérêt se porte moins sur la question de la
représentation d’un groupe que sur celle de l’expérience même de constituer un groupe, du point de vue de
la relation, de ses effets de transcendance, du potentiel dialogue énergétique avec l’espace. Sa pratique du
tai-chi, dont la base repose sur la pensée taoïste, influence considérablement sa recherche qui la mène à
se détacher de plus en plus de la scène performative pour se consacrer davantage à la question de la
transmission. Elle quitte alors New York pour s’installer dans une ferme communautaire du nord du
Vermont en 1971.


Voir en ligne : http://thot.cnd.fr/article.php++cs_INTERRO++idfi...