Introduction

Longue est la durée de vie d’un geste dansé s’il trouve des milieux pour l’accueillir et l’entretenir. C’est ainsi que des œuvres chorégraphiques circulent, se transmettent et se transforment dans le temps.

Dans Les Danses d’après I, Isabelle Launay se penche sur la question du répertoire en danse et de sa transmission. Elle met au cœur de sa réflexion le travail des danseurs et des chorégraphes, leurs savoir-faire, leurs modes de transmission et les imaginaires qui nourrissent leurs pratiques. Elle y montre comment une tradition en danse s’invente, à travers l’exemple du ballet classique et particulièrement celui de l’Opéra de Paris.

D’où vient le plaisir que l’on peut ressentir aujourd’hui encore à reprendre, interpréter et regarder Giselle, ballet créé par en 1841. Puisant dans les collections vidéographiques et iconographiques de la médiathèque du CND, ce dossier vient prolonger la réflexion d’Isabelle Launay sur la mémoire du geste et la transmission du répertoire classique, en s’appuyant notamment sur la parole d’interprètes et sur le regard de passionnés du ballet qui ont déposé leurs archives au Centre national de la danse.