La danse, une histoire à ma façon (2004)

Célèbre solo de Dominique Boivin qui y présente sa propre vision de l’histoire de la danse au XXe siècle : dans cet extrait, il évoque notamment Isadora Duncan et la danse en Allemagne de Mary Wigman, Valeska Gert et Rudolph Laban.

« Ecrire ce solo a été pour moi une gageure : comment un corps (le mien en l’occurrence) pourrait-il évoquer à lui seul l’histoire de la danse, aborder différents styles, époques et faire aussi bien référence à des personnages masculins que féminins ?

J’ai choisi de citer les artistes dont l’œuvre a influencé mon propre parcours artsitique, puis de les relier chronologiquement, me donnant comme règle du jeu d’aller de la préhistoire jusqu’à nos jours et, n’étant pas historien, de privilégier mon point de vue de chorégraphe.

Je me suis attaché plus particulièrement aux chorégraphes du XXème siècle, leurs travaux semblant moins bien compris du grand public que ceux de la période classique. J’ai souhaité ainsi tisser des liens entre toutes ces aventures chorégraphiques, montrer la dynamique qui anime un artiste quand il construit une œuvre en continuité ou en réaction avec celles qui précèdent. Chaque séquence est un hommage qui se veut léger car, à vouloir trop sacraliser, je risque de figer et donc de dénaturer le travail d’un artiste. Porter un regard neuf permet de le restituer dans le contexte du spectacle vivant.

Ce solo est devenu un compagnon fidèle auquel je suis attaché et j’imagine donc pouvoir encore continuer à le danser jusqu’à 80 ans. »

Dominique Boivin

Plus d’informations sur cette pièce