Les Hivernales d’Avignon

Les événements de mai 1968 n’ont pas été sans répercussions dans le milieu de la danse. Il s’en est dégagé un climat d’enthousiasme, de profond désir d’expression et de création de la part des danseurs et chorégraphes de plus en plus nombreux mais pâtissant d’un réel manque de structure, de moyens et de reconnaissance. On assiste donc à une sorte d’explosion de la danse dans les années 1970, non pas en réaction aux multiples soutiens publics mais aux initiatives individuelles de personnalités telles que Jaque Chaurand par exemple à qui l’on doit la création du premier concours chorégraphique intitulé « Le Ballet pour demain » crée en 1969. Cette manifestation nommée par la suite concours de Bagnolet va permettre à l’art chorégraphique non-institutionnalisé de se professionnaliser. Dans son sillage vont se mettre en place d’autres événements dont la première Semaine de la danse en 1979 animée par Dominique Dupuy, Susan Buirge, Nana Gleason, le Théâtre du mouvement et Elsa Wolliaston. Cet événement est organisé sous l’égide de l’association Rencontres vauclusiennes d’art chorégraphique et d’expression corporelle fondée par Dominique Dupuy et un collectif de professeurs d’éducation physique du Vaucluse. Amélie Grand prend les rênes de cette association qui sera renommée « Danse et rencontre » puis « Iquatre » puis « Hivernales ».


Voir en ligne : http://thot.cnd.fr/article.php++cs_INTERRO++idfi...