Maguy Marin - Mathilde Monnier

Le 25 avril 2018 au CN D à Lyon de 14:00 à 16:30

Biographie de Maguy Marin

Danseuse et chorégraphe née à Toulouse, Maguy Marin étudie la danse classique au Conservatoire de Toulouse puis entre au ballet de Strasbourg avant de rejoindre Mudra, l’école pluridisciplinaire de Maurice Béjart à Bruxelles. En 1978, elle crée avec Daniel Ambash le Ballet-Théâtre de l’Arche qui deviendra en 1984 la Compagnie Maguy Marin. Le Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne voit le jour en 1985 : là se poursuivent un travail artistique assidu et une intense diffusion de par le monde. En 1987, la rencontre avec le musicien-compositeur Denis Mariotte donne lieu à une longue collaboration. Une nouvelle implantation en 1998, pour un nouveau Centre chorégraphique national
à Rillieux-la-Pape. L’année 2011 sera celle d’une remise en chantier des modalités dans lesquelles s’effectuent la réflexion et le travail de la compagnie. Après l’intensité des années passées au CCN de Rillieux-la- Pape, s’ouvre la nécessité d’une nouvelle étape à partir d’un ancrage dans la ville de Toulouse à partir de 2012. En janvier 2015, Maguy Marin et la compagnie retrouvent l’agglomération lyonnaise. Une installation à Ramdam à Sainte-Foy-lès-Lyon qui enclenche le déploiement d’un nouveau projet ambitieux : Ramdam, un centre d’art.

Biographie de Mathilde Monnier

Venue à la danse tardivement et après une expérience de danseuse dans la compagnie de Viola Farber et François Verret, Mathilde Monnier s’intéresse à la chorégraphie dès 1984, alternant des créations de groupe et des créations solos, duos. De pièce en pièce, elle déjoue les attentes en présentant un travail en constant renouvellement. Ses questionnements artistiques sont liés à des problématiques d’écriture du mouvement en lien avec des questions plus larges comme « l’en commun », le rapport à la musique, la mémoire. Sa nomination à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon en 1994 marque le début d’une période d’ouverture vers d’autres champs artistiques ainsi qu’une réflexion en acte sur la direction d’un lieu institutionnel et son partage. Ses spectacles tels Pour Antigone, Déroutes, Les lieux de là, Surrogate Cities, Soapéra ou Twin Paradox sont invités sur les plus grandes scènes et festivals internationaux. Elle alterne la création de projets qu’elle signe seule avec des projets en cosignature, rencontrant différentes personnalités du monde de l’art : Katerine, Christine Angot, La Ribot, Heiner Goebbels... Depuis janvier 2014, elle dirige le CN D Centre national de la danse. Sous son impulsion, ériger aujourd’hui le CN D en centre d’art pour la danse, c’est réaffirmer que la danse est le lieu de l’indiscipline par excellence, en s’appropriant et en inventant des rapports toujours nouveaux avec les autres champs artistiques.