Présentation

Marcia Moretto, une danseuse singulière à la croisée des arts et de deux continents

Née aux Etats-Unis en 1947, Marcia Moretto vécut très vite en Argentine. Elle est issue d’une famille de musiciens : une mère compositrice contemporaine Nelly Moretto et un frère trompettiste Gustavo Moretto. C’est avec eux qu’elle présente en 1967 son tout premier solo : “Ella es Marcia”. Auparavant elle s’était déjà produite en tant que danseuse dans “Danse Bouquet” aux côtés de Graziella Martinez, Ana Kamien et Marilu Marini dans le cadre de l’Instituto Di Tella à Buenos Aires, haut lieu de création contemporaine à Buenos Aires dans les années 60. Elle y participe également aux premiers spectacles d’Alfredo Arias, futur créateur et metteur en scène du groupe Tse. Actrice dans quelques films expérimentaux, elle s’était faite remarquée en tant que mannequin, innovant dans les défilés en y introduisant la danse. Le climat de terreur régnant dans son pays étant devenu invivable, elle se résigne au départ et vient s’installer en France en 1975, après un bref séjour aux Etats-Unis qu’elle n’apprécie guère.
A Paris, elle retrouve d’autres argentins exilés plus tôt, notamment les artistes précédemment cités : la danseuse Graziella Martinez, le metteur en scène Alfredo Arias ainsi que l’auteur et dessinateur Copi et le peintre Ricardo Mosner notamment.

[Illustration carton d’invitation d’un des spectacles collectifs “Le monstre du lac” illustré par Ricardo Mosner]
DOCUMENT A NUMERISER ET INSERER

Elle collabore avec ces artistes amis tout en continuant de créer ses propres spectacles dans lesquels elle incarne des figures féminines singulières, détournant avec humour les stéréotypes et brouillant les genres, laissant libre cours à son imagination sans se préoccuper des normes établies. Elle danse en solo, mais elle est souvent accompagnée d’un “comparse” comédien ou musicien. Ce fut le cas dans son dernier spectacle “Eloge de la danse”, conférence dansée où elle exposait quelques-unes de ses idées sur la danse et le danseur, conjuguant danse, texte et objets les plus hétéroclites. Ce dernier spectacle fut créé au Théâtre de l’Olivier à Istres puis repris au Centre américain boulevard Raspail où elle avait déjà présenté d’autres productions et où elle enseignait également.

[Enregistrement audio numérisé du texte de ce spectacle lu par Marcia]
DOCUMENT A INSERER

[Tapuscrit texte du spectacle]
DOCUMENT A NUMERISER ET INSERER

Sa disparition prématurée en 1983 l’empêcha de développer d’autres projets, en particulier une adaptation chorégraphique de “La Divine comédie” de Dante qu’elle avait en tête.
Marcia Moretto a inspiré, peu de temps après sa disparition en 1983, la célèbre chanson des Rita Mitsouko « Marcia baila » dans laquelle Catherine Ringer et Fred Chinchin, qui étaient ses amis, y évoquent sa personnalité et son destin tragique.

INSERER LIEN VERS CLIP Marcia baila ?

Les paroles y font allusion à sa silhouette longiligne, aux personnages qu’elle incarnait, à sa façon de danser et à quelques-uns des costumes et accessoires de son dernier spectacle “L’éloge de la danse” que l’on voit représentés dans le clip (réalisé par Jean-Baptiste Mondino) qui accompagna la sortie de ce titre. On y aperçoit Michèle Prélonge et Santiago Sempere (du Groupe Lolita).