Prélude

« Prélude » est l’un des tout premiers solos créés par l’Américaine Isadora Duncan (1877-1927) sur une partition musicale non destinée à la danse. Cette appropriation par une danseuse d’une oeuvre dite de musique absolue, en l’occurrence le « Prélude n°7 en do mineur, op. 28 », de Frédéric Chopin, constitue un geste audacieux, voire sacrilège, dans le contexte culturel du tournant du siècle. Aux yeux d’une partie du public de l’époque, la grande musique était en effet cet art qui, dégagé des contingences terrestres, ne pouvait sans trahison être ramené aux dimensions d’un corps charnel. Puisqu’il existait un répertoire musical spécifiquement composé pour les danseurs, ils n’avaient qu’à s’y tenir et ne pas se mêler de musique pure. Lorsque Isadora Duncan, alors âgée de 23 ans, entreprend de traduire sous forme de danse les partitions des grands compositeurs, elle se lance dans une aventure téméraire, car sans précédent.


Voir en ligne : http://mediatheque.cnd.fr/spip.php?...