Présentation

Tout comme l’Institut de pédagogie musicale et chorégraphique a historiquement précédé le CND, le Théâtre contemporain de la danse (TCD) fait partie des structures dont les missions ont été transférées au Centre national de la danse à sa création en 1998 et qui en ont préfiguré en partie les activités.

Décidée en 1984, la création du TCD procède de la nouvelle ambition définie pour la politique publique de la culture en France dans la foulée de l’élection en mai 1981 de François Mitterrand à la Présidence de la République. Dès novembre 1981, la municipalité de Bagnolet organise, dans le cadre du concours « Le Ballet pour demain », des « Assises de la danse » visant à définir ce que devrait être une politique de la danse au niveau national. Peu après, en mars 1982, Maurice Fleuret, le Directeur de la musique au ministère de la Culture, en charge également de la danse, crée une commission d’étude pour la danse qui remet son rapport au ministre, Jack Lang, en 1983. Enfin, le 26 avril 1984, ce dernier tient une conférence de presse présentant « 10 mesures nouvelles pour la danse », qui marquent le début d’une réelle politique pour la danse.
Parmi les mesures annoncées, figure ainsi la création de l’association Théâtre contemporain de la danse chargée de soutenir la création contemporaine française. Cette mission se développera dans trois directions : la formation de danseurs professionnels de haut niveau, l’aide à la production des œuvres par la mise à disposition de lieux de répétitions, et le soutien à la diffusion avec la programmation de jeunes compagnies. La direction administrative et artistique de l’association, subventionnée par l’État, est confiée à Christian Tamet.

Ne disposant pas d’abord d’un lieu propre, le TCD déploie ses premières activités dans les studios de la Ménagerie de verre (11e arrondissement de Paris) et dans un théâtre privé : le Théâtre de Paris (9e arrondissement). En raison des difficultés que connaît ce théâtre, le TCD établit – dès sa deuxième saison – des partenariats avec d’autres scènes parisiennes et de banlieue. Puis, en janvier 1987, l’association prend ses quartiers rue Geoffroy L’Asnier dans le 4e arrondissement, dans l’enceinte de la Cité des arts. Deux nouveaux studios sont ainsi disponibles permettant d’accroître la mise à disposition de lieux de répétition, tout en maintenant son offre de cours proposée à la Ménagerie de Verre. Le TCD peut ainsi conduire une action suivie de développement et de consolidation du secteur de la création chorégraphique contemporaine, à travers une offre significative de studios, de formations professionnelles, ainsi que de services et d’accompagnement des compagnies.

Parallèlement à sa programmation de spectacles dans Paris et en Ile-de-France (plus de 150 chorégraphes programmés – 200 avec les artistes présentés au studio qu’ouvre le TCD à ses abonnés à partir de 1993), le TCD organise progressivement des manifestations complémentaires autour de deux axes : la présentation du travail chorégraphique et la pédagogie. Le public peut ainsi assister à des présentations de travaux en cours et de pièces de jeunes chorégraphes, à des classes, des ateliers et des répétitions publiques, ou encore à des conférences, parfois dansées, ou des projections de films. L’association joue aussi un grand rôle dans le soutien et la promotion de la toute jeune création hip hop. Et, toujours dans l’idée de favoriser une culture de la danse, un centre de documentation spécialisé est créé en septembre 1988, avec le concours de l’historienne Geneviève Vincent, pour amorcer « la constitution d’une véritable mémoire de la danse contemporaine ».

Enfin, le champ d’action du TCD s’élargit encore, lors de sa 8e saison, avec l’accueil d’un Centre d’information et d’orientation du danseur (CIOD), outil juridique et administratif issu des propositions du rapport Profession danseur rendu par le Conseil supérieur de la danse en 1990.
Le TCD concevra et diffusera également diverses publications (La Lettre de la danse, Bongo Bongo, Entretiens et chronique d’une saison), qui constituent des sources appréciables pour saisir les modalités esthétiques, idéologiques, mais également techniques, pédagogiques et administratives de l’activité des artistes de la danse contemporaine dans cette période.

Laurence Leibreich

----------

À lire
La création du TCD vue par la presse

Voir aussi
Extrait de la conférence de presse de Jack Lang, Ministre de la culture et de la communication, 26 avril 1984

JPEG - 198.1 ko
Extrait de la conférence de presse de Jack Lang (a)
JPEG - 175.9 ko
Extrait de la conférence de presse de Jack Lang (b)

Le programme de la 1e saison 1984-85

JPEG - 205.6 ko
Programme de la 1e saison (1)
JPEG - 190.6 ko
Programme de la 1e saison (2)
JPEG - 173.8 ko
Programme de la 1e saison (3)
JPEG - 171.6 ko
Programme de la 1e saison (4)