Vera Mantero : un dialogue équitable avec les œuvres du passé

Dans sa pièce Les Serrenhos du Caldeirão (2012), la chorégraphe portugaise Vera Mantero en appelle à un usage non prédateur du passé et de la citation.
Elle reprend sur scène des chants de paysans au travail dont elle montre les images. Elle chante pour eux et ce faisant, elle tente de leur rendre quelque chose - le sens de leur geste.
Loin de thésauriser, de capitaliser sur le passé, il s’agit d’entretenir un dialogue équitable entre les œuvres du passé et celles du présent. Alors que les projets de reenactment mais aussi de reconstructions des pièces du passé vont croissant, que la danse entre dans les musées, le risque est de faire des œuvres du passé une marchandise sur le grand marché muséal d’aujourd’hui.

JPEG - 54.4 ko
Photogramme issu de la captation au CND
JPEG - 48.2 ko
Photogramme issu de la captation au CND

Les Serrenhos du Caldeirão, exercices d’anthropologie fictionnelle de Vera Mantero, 2017. Photogrammes issus de la captation au CND.

  • Les Serrenhos du Caldeirão, exercices d’anthropologie fictionnelle de Vera Mantero, 2017