Temps forts

De Mouv’ à Sobedo

- Mouv’ danse hip hop
« Le hip hop quitte les rives de ses banlieues pour investir Paris. Le hip hop à Paris, dans un lieu consacré : l’Opéra-Comique… Un lieu dont le nom adresse un clin d’œil moqueur à l’autre Opéra. Celui d’où se dressent les gardiens du temple chorégraphique. Ce soir là, 2 juin 1992, professionnels de la danse, public averti et jeunes des banlieues se bousculent aux portes de l’Opéra-Comique… » (Dossier de presse) C’est en effet ce soir-là, la première de Mouv’ danse hip hop qui regroupe trois pièces courtes. Deux sont commandées à des groupes : Macadam et Art Zone et la troisième est une coproduction de la compagnie Black Blanc Beur. Six représentations ont lieu à l’Opéra-Comique du 2 au 5 juin. Le premier objectif du projet, clairement affiché, est de professionnaliser de manière rigoureuse tous les aspects de cette manifestation : la production, l’échauffement, les répétitions, les impératifs techniques d’une salle à l’italienne… Les danseurs de Black Blanc Beur, déjà professionnels, vont d’ailleurs épauler les autres dans cette aventure. L’autre objectif concerne l’élargissement des spectateurs : « Ils sont venus vers notre public habituel, nous sommes allés vers leur public. »
À lire
Le dossier de presse de Mouv’ danse hip hop

- Le stage
Après ce spectacle de pièces courtes, le TCD organise un stage pendant l’été 93 pour 58 danseurs de styles différents, articulé autour de trois axes : les arts du cirque, la danse contemporaine, la danse hip hop.
Quelques extraits du compte-rendu du stage par la journaliste Hélène Lee (à lire ci-dessous) : C’est parce qu’on le sent que le mouvement prend sa grâce.
Ou encore L’exercice consiste à imprimer une vibration au corps allongé pour qu’il retrouve les sensations du monde primitif, vibratoire.
À lire
Le compte-rendu du stage par Hélène Lee (paru dans programme de la 10e saison)

- Sobedo, un conte hip hop
Puis, du 6 au 9 juillet 1994, Sobedo, un conte hip hop, pièce chorégraphique pour vingt danseurs (conception et interprétation Collectif Mouv’), est présenté quatre fois au Casino de Paris. Toujours avec la volonté de les professionnaliser, vingt danseurs du stage sont choisis pour monter une pièce. Il s’agit cette fois d’une création collective réunissant des danseurs issus de groupes aux styles différents : Boogi Saï, Aktuel Force, Macadam, Art Zone. Chaque groupe a son ou ses chorégraphes, lesquels écrivent l’argument avec certains danseurs puis assurent ensemble la chorégraphie.
À lire
Le dossier de presse de Sobedo

Et aussi
Variations graphiques autour de Sobedo : couvertures du dossier, affiches et tracts

JPEG - 257.2 ko
Dossier de presse Sobedo (couverture)
JPEG - 240.9 ko
Dossier de presse Sobedo (4e de couverture)
JPEG - 922.3 ko
Affiche
JPEG - 136.4 ko
Affiche
JPEG - 115.8 ko
Sobedo tract
JPEG - 92 ko
Tract