Né en 1961 à Grenoble, Patrick Bossatti s’exerce très tôt au dessin, et notamment à la bande dessinée, avant d’entreprendre un cursus universitaire en Arts plastiques qui le mènera jusqu’à la soutenance en 1993 d’une thèse de doctorat retraçant « l’aventure de sa subjectivité », dans laquelle il définira l’ensemble de ses œuvres et tentatives comme composant une cosmogonie personnelle, « un système imaginaire de représentation du monde ». Parallèlement, journaliste et critique dans plusieurs revues, P. Bossatti suit de très près le développement de la danse contemporaine en France, dessinant à l’occasion des danseurs en studio. Il collabore notamment avec le chorégraphe Daniel Larrieu pour la création de Romance en stuc au Festival d’Avignon 1985.

L’important fonds d’archives et la collection d’œuvres donnés au CND par ses parents et amis permettent de suivre tout le développement de son rapport de plasticien à la danse : depuis ses premiers croquis de répétition jusqu’à ses propres « inventions de danse », dont la célèbre « Mana danse » créée puis représentée entre 1988 et 1992 avec le danseur Bertrand Lombard. Sont ici présentées certaines de ses plus importantes créations graphiques.
Son travail universitaire, ses recherches théoriques et ses écrits sur sa pratique artistique sont également très présents dans le fonds d’archives. Sa thèse de doctorat – par les éclairages qu’elle apporte pour mieux comprendre cette œuvre, par son ambition théorique et ses qualités textuelles – nous a aussi semblé mériter d’être rendue accessible et valorisée à travers sa « mise en voix » par des complices et amis de l’auteur ou des personnalités du monde de la danse.

En savoir plus :