Interprètes et répertoire au tournant des années 1990

« Ouvriers de la danse », « interprètes-inventeurs » ou porteurs de répertoire : quel rôle pour les danseurs au sein de la création chorégraphique française ? A ce moment-clé du tournant des années 1990, le débat s’engage publiquement.

Les inventions de danse de Patrick Bossatti

Patrick Bossatti n’est pas seulement cet observateur et commentateur de la scène contemporaine, qui a porté la parole des interprètes. Il est aussi plasticien et dessine la danse tout au long de cette décennie 1980, notamment au plus près du travail de la compagnie de Daniel Larrieu.

Passionné par ce travail de dessin du corps en mouvement et en accord avec son engagement auprès des interprètes, il va offrir des « inventions de danse » à des danseurs, véritables partitions dessinées. Il s’agit de suites dessinées représentant les danseurs dans des positions successives, auxquelles Patrick Bossatti rajoute parfois des mots suggérant une qualité de mouvement, une vitesse ou même une intention. La mise en corps éventuelle de ces sortes de partition laisse toutefois une grande liberté aux danseurs, les transitions par exemple étant laissées à leur libre interprétation.

Voir aussi le dossier “Patrick Bossatti, dessinateur de danses”

La première invention de danse est la Mana danse de nada, offerte à Bertrand Lombard en 1987 et interprétée en public de 1989 à 1993. Le déchiffrage et l’interprétation de cette partition feront l’objet d’un long compagnonnage entre le dessinateur et le danseur, ce dernier suscitant à nouveau le dessin du premier dans un aller-retour incessant.

JPEG - 105.3 ko
Partition originale de la "Mana danse de nada"

Ce projet les mènera en 1989 jusqu’au Ladakh (Inde) grâce à une bourse de la « Villa Médicis hors les murs ». Commenceront ensuite une série de représentations publiques jusqu’en 1993.

JPEG - 654.4 ko
Programme du festival d’Avignon (juillet 1990).
JPEG - 678.9 ko
Portfolio publié à l’occasion des représentations à la Ferme du buisson (avril 1992)

Patrick Bossatti va offrir ensuite plusieurs autres inventions, toujours adressées à un ou plusieurs interprètes en particulier.

Une danse blanche – dessins à danser (1992) sera adressée au danseur Bertrand Lombard et au comédien Alain Neddam

JPEG - 67.9 ko
Une danse blanche (1992)

La Dérive des continents   (1993) sera créée à Rennes en 1994 après la mort de Patrick Bossatti par une toute nouvelle compagnie d’interprètes, La Ronde, fondée par Dominique Brunet et Bertrand Lombard (voir chapitre « Une compagnie d’interprète : La Ronde »).

JPEG - 52.6 ko
La Dérive des continents (1993)