Les modernités de la danse, d’aujourd’hui à hier
Par Annie Suquet

Récurrence des écrans et autres dispositifs technologiques sur les scènes de la danse, apparition plus que fréquente des corps nus dans les spectacles chorégraphiques, recours à divers métissages stylistiques et ethniques, brouillage des frontières entre les arts... Autant de traits qui sembleront familiers au spectateur des scènes actuelles de la danse, au point d’apparaître peut-être comme caractéristiques de la « danse contemporaine ». Or, ces aspects touchent à des questionnements qui traversent l’histoire de la danse moderne, depuis son commencement à la toute fin du XIXe siècle. À partir d’une sélection de thèmes en apparence « contemporains », ce cycle de conférence - présenté par le Centre national de la danse tout au long de sa saison 2013-2014 - propose un voyage à rebours dans l’histoire de la danse.

  • Les métamorphoses technologiques de la présence


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Les métamorphoses technologiques de la présence


    Toujours à l’œuvre dans le champ chorégraphique contemporain, la question de l’engagement social et politique de la danse s’est posée, avec insistance, tout au long du XXe siècle. L’art chorégraphique doit-il se déployer en marge des réalités sociales et politiques conjoncturelles de son époque... ou au contraire, s’y impliquer pour tenter de les transformer ? En écho aux événements traumatiques ayant jalonné le XXe siècle (guerres mondiales, crise de 1929, bombe atomique...), nombre de danseurs ont fait le choix d’user de leur médium artistique comme d’une "arme" - de résistance, de critique, de provocation, de transgression... - , en tout cas comme moyen d’action et d’expression d’une prise de position sociale et politique.
    Dans cette dernière conférence, sont évoquées quelques figures de cet engagement contestataire de la danse - des années 1920 aux années 1960, en Allemagne, aux États-Unis, au Japon... Avec une attention particulière à la manière dont la prise de position militante de ces artistes ne s’est pas seulement jouée à travers des thématiques renvoyant à un contexte, mais s’est incarnée par des choix gestuels et d’états de corps à chaque fois spécifiques.

  • Le brouillage des frontières entre les arts


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Le brouillage des frontières entre les arts


    Cette deuxième conférence aborde la question du spectacle multimédia, et plus spécifiquement, de l’effacement des frontières entre les arts, lui aussi fréquemment présenté comme un trait caractéristique des scènes contemporaines. En réalité, la mise en cause des limites entre les arts est très nouée aux revendications des avant-gardes concernant l’effrangement de la séparation entre « l’art et la vie » tout au long du XXe siècle. Dans cette perspective, il est possible de poser quelques jalons pour une « préhistoire de la performance ».

  • La nudité en scène et le corps « quotidien »


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    La nudité en scène et le corps « quotidien »


    Plus qu’habituelle sur les scènes chorégraphiques contemporaines, la nudité n’est toutefois pas une préoccupation récente en danse. Cette conférence explore quelques-uns des imaginaires qui ont porté cette préoccupation, de l’orée du XXe siècle aux années 1960.

  • Danses métissées : rêves d’Orient


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Danses métissées : rêves d’Orient


    Sur les scènes actuelles, nous sommes accoutumés à voir se mêler des expressions dansées issues d’univers culturels différents. Souvent présenté comme un effet de la mondialisation, ce processus de métissage est pourtant à l’œuvre dans la danse occidentale au moins depuis l’orée du XXe siècle. En quête d’un renouvellement de leurs formes d’expression, les danseurs occidentaux puisent alors abondamment dans les danses exotiques. Mais ce phénomène ne va pas à sens unique. Les danseurs dits "exotiques" ne tardent pas à assimiler et transformer les influences occidentales, à la recherche de leurs propres expressions modernes. Dans ce jeu d’emprunts et d’appropriations, les fantasmes de l’Autre et de sa différence jouent à plein...
    Cette conférence s’efforce de cerner quelques manifestations dansées des imaginaires du "corps oriental", du Moyen-Orient au Japon, en passant par l’Inde.

  • Danses métissées (suite) : rêves d’Afrique


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Danses métissées (suite) : rêves d’Afrique


    Dans cette deuxième conférence explorant les danses métissées, le propos se décale vers les imaginaires du "corps africain".

  • « Politiquement correct » ? L’épineuse question de l’engagement en danse.


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    « Politiquement correct » ? L’épineuse question de l’engagement en danse.


    Toujours à l’œuvre dans le champ chorégraphique contemporain, la question de l’engagement social et politique de la danse s’est posée, avec insistance, tout au long du XXe siècle. L’art chorégraphique doit-il se déployer en marge des réalités sociales et politiques conjoncturelles de son époque... ou au contraire, s’y impliquer pour tenter de les transformer ? En écho aux événements traumatiques ayant jalonné le XXe siècle (guerres mondiales, crise de 1929, bombe atomique...), nombre de danseurs ont fait le choix d’user de leur médium artistique comme d’une "arme" - de résistance, de critique, de provocation, de transgression... - , en tout cas comme moyen d’action et d’expression d’une prise de position sociale et politique.
    Dans cette dernière conférence, sont évoquées quelques figures de cet engagement contestataire de la danse - des années 1920 aux années 1960, en Allemagne, aux États-Unis, au Japon... Avec une attention particulière à la manière dont la prise de position militante de ces artistes ne s’est pas seulement jouée à travers des thématiques renvoyant à un contexte, mais s’est incarnée par des choix gestuels et d’états de corps à chaque fois spécifiques.