Depuis la fin du Moyen-Âge, plus d’une centaine de systèmes de notation du mouvement ont vu le jour en Occident, du manuscrit du XVe découvert à Cervera (Espagne, Catalogne), première tentative de transcription par des signes du déplacement dans l’espace d’un danseur, jusqu’aux notes personnelles de ...

En savoir plus



Des exemples en images

Collection d’Albrecht Knust de cinétogrammes

La collection d’Albrecht Knust de cinétogrammes publiés regroupe une série de partitions en cinétographie Laban élaborées ou revues par Albrecht Knust dans les années 1930, d’abord à Hambourg dans le cadre de la Tanzschreibstube, c’est-à-dire du premier bureau de notation de la danse créé à l’instigation de Rudolf von Laban, puis à Berlin en 1935-36, après la guerre ensuite, et notamment dans le cadre de la Folkwang Schule dirigée par Kurt Jooss à Essen.
Cette collection comprend aussi bien des exercices de lecture pour l’enseignement de la notation que des enchaînements et variations du ballet classique, des enchaînements de technique moderne, un ensemble très important de danses traditionnelles d’Europe et extra-européennes, des transcriptions de danses historiques, des danses de groupe pour amateurs et des chœurs de mouvements, et enfin quelques exercices de danse jazz et d’autres de gymnastique.
Ces documents sont regroupés par rubrique selon l’ordre proposé par Albrecht Knust lui-même, puis par Roderyk Lange qui a fait don au CND des archives de Knust.

Consulter l’inventaire complet du fonds d’archives d’Albrecht Knust.

Consulter cette ressource

Vignettes illustrant la sténochorégraphie d’Antonine Meunier

Ces vignettes, reproduites dans le livre d’Antonine Meunier "La danse classique (école française). Figures, sténochorégraphie, dictionnaire", constituent un répertoire illustré des signes utilisés par A. Meunier.
[Voir les Planches de la partition musicale et sténochorégraphique, reproduites plus haut]

Voir aussi l’inventaire complet du fonds Antonine Meunier

Consulter cette ressource

Planches d’une partition musicale et sténochorégraphique par Antonine Meunier

Ces documents sont issus du fonds Antonine Meunier.
Antonine Meunier (1877-1972) publie en 1931 un ouvrage intitulé "La danse classique (école française). Figures, sténochorégraphie, dictionnaire" dans lequel elle expose son système de notation de la danse classique qu’elle appelle sténochorégraphie. Ces planches, publiées dans l’ouvrage, illustrent la façon dont A. Meunier note, à partir de la partition musicale, les différents éléments d’un ballet.

Voir aussi l’inventaire complet du fonds Antonine Meunier

Consulter cette ressource

De Feuillet à Laban, la notation au service d’un interprète

Avec Jean-Marc Piquemal (CND, 2006)

Jean-Marc Piquemal livre son témoignage d’interprète et notateur, il a été danseur dans diverses compagnies dont Les Fêtes Galantes et la compagnie Labkine. Il a appris l’écriture Feuillet avec Béatrice Massin et la notation Laban au CNSMD de Paris.

Petit précis de notation Feuillet

Avec Jean-Marc Piquemal (CND, 2006)

Présentation de la notation Feuillet par Jean-Marc Piquemal, de la compagnie Labkine, avec des extraits de partitions chorégraphiques.

Présentation d’une classe de notation Benesh

Par Eliane Mirzabekiantz (CND, 2006)

Cet extrait montre une partie d’un cours de notation Benesh illustré par des partitions et des séquences dansées.

Présentation d’une classe de notation Laban

Par Noëlle Simonet (CND, 2006)

Cet extrait présente une partie d’un cours de notation Laban donné par une notatrice accompagnée de deux danseurs.

Extraits de l’ouvrage de Carlo Blasis, "Manuel complet de la danse…", 1830

Danseur, pédagogue, chorégraphe et théoricien italien mais formé en France, Carlo Blasis (1795-1878) a publié de nombreux ouvrages théoriques qui ont fixé les principes esthétiques et didactiques de la danse académique. C’est d’ailleurs sous sa direction (1837-1850) que l’école de la Scala de Milan devient un modèle.
Son "Manuel complet de la danse", publié en 1830, aborde les styles de danse les plus divers, particulièrement les danses espagnoles, mais surtout la technique académique et son enseignement. L’ouvrage se ferme sur quatre planches dépliantes couvertes de figures représentant les exercices de la danse, positions, enchaînements et pas de deux, avec une méthode progressive rigoureuse.
Si on ne peut pas parler de système de notation du mouvement à propos de ces planches puisqu’il s’agit de la représentation d’une forme corporelle, elles sont cependant l’illustration du rôle que jouent dessins et pictogrammes dans la codification, la conservation et la transmission d’une technique de danse.

Ce document provient de la donation Gilberte Cournand.

Extraits de l’ouvrage de Pierre Landrin, maître de ballet, " Recoeuille de différente contredance française… ", [1770 ?]

« …Assemblage d’éléments définis et dont les combinaisons sont renouvelables […] Quiconque possède les éléments et s’informe de leur agencement momentané peut trouver place parmi les danseurs… » [1]

La contredanse est une danse de bal et de théâtre très appréciée en Europe du XVIIIe jusqu’au début du XIXe siècle. Les notations écrites, musicales et chorégraphiques, vont en faciliter la diffusion et le succès, puisque la contredanse française deviendra la principale danse des bals. Ces notations sont gravées puis éditées sur des feuilles volantes que l’on peut vendre à la pièce, brocher en petits cahiers ou relier en volumes.
Après différentes étapes, c’est vers 1760 que se dessine puis se généralise la forme du document présenté ici : une feuille à 4 volets portant le titre, l’explication, les figures (on distingue 4 couples de danseurs avec motif plein pour les hommes, motif évidé pour les femmes) et la musique. Pierre Landrin, maître de danse dont nous voyons ici la description d’une contredanse nommée "La Petite Henriette", a particulièrement personnalisé ses réalisations qu’il gravait et éditait lui-même.

Ce document provient de la donation Gilberte Cournand.

[1"La Contredanse française : un tournant dans l’histoire de la danse française" par Jean-Michel Guilcher. Ed. Complexe, et Centre national de la danse, 2003

Extraits de l’ouvrage de Pierre Rameau "Abbregé de la nouvelle Méthode… ", 1725

Dans ce manuel paru en 1725, le maître à danser et théoricien Pierre Rameau (1674-1748) décrit les pas et les chorégraphies des danses de bals pratiquées à l’époque. Il utilise pour cela la notation Feuillet. Dans ce système codifié, c’est comme si l’on était placé au-dessus des danseurs. La lecture s’effectue du bas vers le haut de la partition. De chaque côté de la ligne directrice qui dessine leur parcours dans l’espace, on suit en parallèle la partie de la danseuse et celle du danseur. Les différents symboles et signes donnent des informations sur l’orientation de chacun, sur ses pas et sur la relation à la musique qui est notée en haut de la page.

Ce document provient de la donation Gilberte Cournand.


Voir sur le net

Association Arts et Mouvement - notation Conté

Présidée par Michèle Nadal, Arts et Mouvement est une association qui se consacre à la danse de société (cours de danse, organisation de bals). Elle propose également des cours de préparation physique pour les danseurs. Sous l’égide de l’inspection de la danse de la ville de Paris, l’association Arts et Mouvement anime des formations diplômantes en notation Conté.

Consulter cette ressource

Centre Benesh - notation Benesh

Créé en 2006, Le Centre Benesh a pour objectifs d’initier, réaliser et coordonner tout projet dont les champs d’action relèvent des applications de la notation du mouvement. Il s’est aussi donné pour but de promouvoir, diffuser et enseigner la notation Benesh.

Consulter cette ressource

Centre national d’écriture du mouvement - notation Laban

Le Centre national d’écriture du mouvement (CNEM) une association présidée par Jacqueline Challet-Haas, professeur de danse et de notation Laban. Le but de l’association est de favoriser en France l’enseignement, la diffusion et l’application pratique de la notation Laban. Le CNEM est en lien avec l’International Council of Kinetography Laban (ICKL). L’association propose une formation à la notation Laban et édite et diffuse des ouvrages spécialisés.

Consulter cette ressource

Espace notateurs

L’espace notateurs est une base de données conçue par le Centre national de la danse. Elle a pour objectif de présenter les notateurs professionnels (Curriculum vitae, notations et reconstructions réalisées, enseignement...). Ce "répertoire en ligne" a pour but de faciliter la réalisation de projets autour de la notation (notation des pièces, remontage d’oeuvres...)

Consulter cette ressource


Repères sur 


Depuis le manuscrit de Cervera (Espagne, Catalogne), datant du XVe siècle et plus ancien témoignage d’écriture du mouvement retrouvé en Occident, plus de cent systèmes de notation ont vu le jour, sans ...

Voir le texte intégral


Danseur, chorégraphe et chercheur d’origine hongroise, Rudolf Laban (1879-1958) s’intéresse, dès le début du XXe siècle, autant à la création chorégraphique qu’à l’étude du mouvement. Dans les années 1910, ...

Voir le texte intégral


Rudolf Benesh naît à Londres en 1916. Attiré par les sciences et les arts, il étudie la musique au Morley College et les arts plastiques à la Wimbledon School of Arts. Mais, sous la contrainte ...

Voir le texte intégral


En 1993, le « désir commun de se confronter à des trajectoires chorégraphiques […] fondatrices de la modernité en danse » conduit quatre jeunes artistes français 3 à fonder un ensemble chorégraphique ...

Voir le texte intégral