Forum international danse et santé - 27 et 28 Novembre 2014

LE CND a organisé un premier Forum international Danse et Santé, les 27 et 28 novembre 2014, grâce au mécénat de la Société Harlequin.
Pendant deux jours, 50 intervenants de 13 nationalités sont venus échanger, témoigner et apporter leur contribution sur les enjeux et pratiques en matière de santé. Tables rondes et ateliers ont permis d’aborder les questions d’éducation, de nutrition, d’entraînement, de récupération et de prévention des risques liés à la pratique professionnelle de la danse. Ce temps fort a permis de confronter les pratiques développées dans plusieurs pays afin de sensibiliser les professionnels de la danse et de contribuer à une médecine mieux adaptée aux spécificités de la danse.

  • « Le suivi des sportifs de haut niveau à l’INSEP et des élèves de l’École de Danse de l’Opéra national de Paris » par le Dr Tania Bellot et le Dr Alain Frey


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    « Le suivi des sportifs de haut niveau à l’INSEP et des élèves de l’École de Danse de l’Opéra national de Paris » par le Dr Tania Bellot et le Dr Alain Frey


    Approches comparées entre les modalités de suivi des sportifs de haut niveau à l’INSEP et des élèves de l’École de Danse de l’Opéra national de Paris.
    L’École de Danse de l’Opéra national de Paris est dotée d’une équipe médicale composée d’un médecin du sport spécialisé, d’une infirmière, d’un kinésithérapeute, d’un nutritionniste et d’un préparateur physique.
    L’INSEP, l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, concourt à la formation et à la préparation des sportifs de haut niveau. Il comprend un département médical qui veille à la préservation de la santé des sportifs de haut niveau.

    |-| Documents joints
    Document de présentation du Docteur Alain Frey  (PDF – 2.9 Mo)
    Document de présentation du Docteur Tania Bellot  (PDF – 548.5 ko)

  • Regard d’artiste : Benjamin Millepied


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Regard d’artiste : Benjamin Millepied


    Benjamin Millepied
    Chorégraphe et directeur de la danse
    de l’Opéra national de Paris

    Après des études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon puis à la School of American Ballet, il reçoit le Prix de Lausanne en 1994, est engagé dans le Corps de Ballet du New York City Ballet en 1995, puis promu soliste en 1998 et principal dancer en 2002.
    À partir de 2001, il développe également une activité de chorégraphe.
    Directeur artistique du Morris Center Dance à Bridgehampton (New York, 2004-2005,) et chorégraphe résident au Baryshnikov Arts Center (New York, 2006-2007), il est chorégraphe et conseiller du film Black Swan de Darren Aronofsky (2010).
    En 2011, il quitte le New York City Ballet et fonde sa propre compagnie à Los Angeles, L.A. Dance Project, un collectif de créateurs qui cherche à présenter la danse sous toutes ses formes.

  • Présentation croisée des actions santé au sein de compagnies de danse permanentes


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Présentation croisée des actions santé au sein de compagnies de danse permanentes


    Thierry Leonardi
    Délégué général du Ballet de l’Opéra de Lyon
    Jacques Jaricot
    Chargé du développement au Ballet Biarritz
    Jean-Baptiste Colombié
    Masseur-kinésithérapeute
    Dr Aurélie Juret
    Médecin du sport
    Romuald Bouschbacher
    Ostéopathe

    Voir vidéo de la conférence « Projet de suivi médical au ballet biarritz »

    |-| Documents joints
    Malandain Ballet Biarritz  (PDF – 2.4 Mo)

  • Regard d’artiste : Psykko Tico


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Regard d’artiste : Psykko Tico


    Psykko Tico
    Danseuse, chorégraphe et coordinatrice artistique au Crazy Horse à Paris.
    Créatrice de plusieurs numéros pour Le Crazy, elle a collaboré en tant que chorégraphe ou assistante à la mise en scène avec plusieurs personnalités invitées comme Christian Louboutin.

  • Regard d’artiste : Dorothée Gilbert


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Regard d’artiste : Dorothée Gilbert


    Dorothée Gilbert
    Après des études au Conservatoire de Toulouse, elle entre à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris en 1995. Engagée dans le Corps de Ballet en 2000, elle est promue coryphée en 2002, puis sujet en 2003 et première danseuse en 2005. Elle est nommée étoile du Ballet de l’Opéra national de Paris en décembre 2007, à l’issue d’une représentation de Casse Noisette. Elle s’illustre dans un large répertoire : Ashton, Balanchine, Béjart, Cranko, Forsythe, Kylián, Lacotte, Lander, McGregor, Millepied, Neumeier, Noureev, Petipa, Petit, Robbins...
    Lauréate de plusieurs prix : Prix du public de l’Association pour le Rayonnement de l’Opéra national de Paris (AROP) en 2003, Prix Carpeaux (2004), Prix Leonide Massine à Positano (2006).
    Elle est chevalier des Arts et des Lettres (2014).

  • Regard d’artiste : Mathilde Monnier


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Regard d’artiste : Mathilde Monnier


    Mathilde Monnier
    Venue à la danse tardivement, Mathilde Monnier s’intéresse à la chorégraphie dès 1984.
    Ses questionnements artistiques sont liés à des problématiques d’écriture du mouvement en lien avec des questions plus larges comme "l’en commun",
    le rapport à la musique, la mémoire. Sa nomination à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon en 1994 marque le début d’une période d’ouverture vers d’autres champs artistiques ainsi qu’une réflexion en acte sur la direction d’un lieu institutionnel et son partage. Elle alterne la création de projets qu’elle signe seule avec des projets en co-signature, rencontrant différentes personnalités
    du monde de l’art : Katerine, Christine Angot, La Ribot, Heiner Goebbels...
    Le 26 décembre 2013, elle est nommée directrice générale du CND.

  • CONFÉRENCE : Pied et cheville du danseur : panorama des blessures par le Dr Boni Rietveld


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    CONFÉRENCE : Pied et cheville du danseur : panorama des blessures par le Dr Boni Rietveld


    Dr Boni Rietveld
    Chirurgien orthopédique au Centre de médecine danse et musique à la Haye aux Pays-Bas. Il est président fondateur de l’Association néerlandaise de médecine des arts (NVDMG). Il est membre de l’IADMS (International Association for Dance Medicine and Science), qu’il a présidée de 2007 à 2009, et préside la Fondation néerlandaise de médecine de la danse.

    |-| Documents joints
    Conférence Rietveld « Pied et cheville du danseur »  (PDF – 36.7 Mo)

  • ATELIER : Corps et graphie par Youri Van den Bosch


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    ATELIER : Corps et graphie par Youri Van den Bosch


    16h-17h — ATELIER Corps et graphie
    Ecrire avec le corps, dire avec le corps, repousser les limites du corps...
    Oui, mais...
    La conscience de la nécessité de prendre soin du corps et de l’être afin de préserver la santé n’est, aujourd’hui, plus une excentricité. Cependant la question de santé qui nous préoccupe ici est celle, plus particulièrement, des danseurs. Que veut dire, pour un danseur, être en bonne santé ?
    Il existe autant de réponses que de danseurs, ce qui nous montre la complexité de la rencontre de la danse avec la santé. Il va de soi que la question de la santé se confronte très vite aux aspects inhérents à la pratique professionnelle des danseurs qui implique des exigences techniques et esthétiques ainsi que des conditions, un rythme de travail et des relations professionnelles et sociales spécifiques. Il est difficile, voire dépourvu de sens, de vouloir généraliser mais, très souvent, la danse se vit dans le dépassement du corps et de soi. Quelle est la place de l’interprète face aux exigences du chorégraphe et comment répondre aux exigences d’une danse qui se veut toujours plus performante, plus virtuose ?
    Le danseur se considère avant tout artiste, mais au regard de son activité physique, il est aussi athlète. Dès lors quels sont les enjeux des moyens que nous pouvons mettre en avant en terme d’entraînement, prévention et récupération ?
    L’intervention se déroulera autour de deux axes : Autour de mon expérience au Ballet Preljocaj L’entraînement continu du danseur, l’organisation des répétitions et tournées, rythme de travail, temps de récupération...
    Autour de la somatopathie : comment soigner autrement ?
    L’approche de la somatopathie tente de donner une réponse en termes de prévention et récupération en abordant les lésions, qu’elles soient d’origine traumatique ou psychosomatique, dans le contexte global de la personne tout en donnant un sens aux symptômes.

  • TABLE RONDE / L’Éducation du jeune danseur : comment former les jeunes danseurs à leur santé ?


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    TABLE RONDE / L’Éducation du jeune danseur : comment former les jeunes danseurs à leur santé ?


    Savoir connaître son corps, l’écouter et en prendre soin sont des atouts indispensables pour réussir une carrière épanouie de danseur. Alors que le travail du corps évolue dans tous les univers de la danse, que les techniques somatiques et les offres de soins se multiplient et que les nouvelles générations développent leur propre analyse et choix pour leur santé, comment former les élèves danseurs à leur santé à la fois physique, psychique et sociale ? En s’appuyant sur les expériences concrètes des directeurs et responsables pédagogiques, cette table ronde croisera et partagera
    les expériences menées dans les écoles.
    Elle tentera de dépasser les solutions techniques mises en place pour soigner les élèves danseurs et de faire émerger les moyens développés pour former les jeunes danseurs à leur santé. En faisant un état des lieux des difficultés rencontrées et des solutions innovantes qui réussissent, l’objectif est de proposer aux écoles et aux enseignants des clés pour développer les outils pédagogiques au service de la santé du danseur.

  • Gluten free, anorexie mentale, anorexie athlética, comment s’y retrouver ? par le Dr Paule Nathan


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Gluten free, anorexie mentale, anorexie athlética, comment s’y retrouver ? par le Dr Paule Nathan


    Dr Paule Nathan - Vendredi 28 novembre. 10h-11h — CONFÉRENCE
    Les danseurs ont un rapport spécifique à leur corps qui doit répondre à des exigences esthétiques tout en étant soumis à une activité physique intense. Beaucoup de danseurs se préoccupent donc de leur alimentation. Ils sont très sensibles aux modes mais souvent déconcertés. Si adopter une alimentation sans gluten ou sans blé peut être bénéfique pour certains, cela ne s’applique pas à tous et peut être source de carences délétères pour la pratique de la danse.
    Certains ont un comportement orthorexique. Cette obsession du manger sain empêche tout épanouissement, avec le risque de se couper de toute convivialité. D’autres vont développer une anorexie mentale facilement repérable. La Haute Autorité de la Santé (HAS) recommande un dépistage précoce pour éviter le passage à la chronicité et un dépistage ciblé sur les populations à risque dont fait partie la danse.
    L’anorexie athlética, spécifique du sportif est plus difficile à diagnostiquer. Elle est fréquente dans les sports où intervient une composante esthétique et se caractérise par une volonté
    de maintenir un poids bas pour améliorer ses performances. Le risque est de développer des graves carences, des troubles du comportement alimentaire et une véritable anorexie mentale. Dans le monde du sport, des mesures de prévention ont été prises. Les recommandations mises en place par la plupart des fédérations sportives devraient être connues et appliquées par tous ceux qui gravitent autour du danseur.

    |-| Documents joints
    info document  (PDF – 2.1 Mo)

  • Panorama des pratiques somatiques par Isabelle Ginot


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Panorama des pratiques somatiques par Isabelle Ginot


    Vendredi 28 novembre. Studio 8 - 12h-13h . CONFÉRENCE Panorama des pratiques somatiques.Retour ligne automatique
    Isabelle Ginot

    « Les pratiques somatiques sont un ensemble
    de pratiques corporelles, développées depuis le début du XXe siècle, qui se situent à la croisée de l’éducation du geste, du thérapeutique et de l’artistique. Ce ne sont pas des pratiques dansées, et cependant leur histoire est profondément imbriquée avec celle de la danse, et les danseurs les connaissent bien et les pratiquent... parfois sans le savoir.
    En France, elles ont un statut marginal, souvent dit « alternatif » comme si elles devaient se substituer à l’approche médicale et si le danseur se devait de « choisir » entre une approche et l’autre.
    Cette présentation s’attachera, dans un premier temps, à présenter les traits caractéristiques
    des Somatiques, et la vaste boîte à outils qu’elles offrent pour affiner, reconstruire ou étendre le répertoire des coordinations,
    nourrir l’attitude posturale, à partir d’un travail approfondi de prise de conscience. En effet, les Somatiques se distinguent de l’approche médicale et paramédicale en s’appuyant sur les savoirs
    et les ressentis de l’élève pour faire émerger une amélioration ou un changement.
    Dans un second temps, j’insisterai sur la place du travail de l’imaginaire dans la prévention et le maintien de la santé du danseur, afin d’interroger un peu les hiérarchies dominantes entre les savoirs dits objectifs et universels de « la science », et les pratiques dites empiriques et subjectives de l’expérience artistique. »

  • Intérêt des sciences du mouvement et du sport pour la recherche sur la santé du danseur par Annabelle Couillandre


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Intérêt des sciences du mouvement et du sport pour la recherche sur la santé du danseur par Annabelle Couillandre


    |-| Documents joints
    info document  (PDF – 1.4 Mo)

  • Place de la sphère viscérale dans la gestion de l’équilibre et de la posture par Guillaume Krief


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Place de la sphère viscérale dans la gestion de l’équilibre et de la posture par Guillaume Krief


    Le contrôle de la station debout et de l’activité gestuelle nécessite un ajustement moteur permanent lié à l’intégration de toutes les afférences (informations nerveuses) parvenant au système nerveux central.
    Ces afférences sont essentiellement issues de l’œil, de l’oreille interne, de la sole plantaire et de la musculature squelettique mais aussi de l’appareil manducateur et des globes oculaires. Il existe de plus en plus d’études évoquant la responsabilité d’autres structures dont l’innervation pourrait jouer un rôle dans la représentation interne de la gravité et dans le contrôle postural, notamment celle du système viscéral : les intestins, les reins ou encore l’utérus, avec une participation essentielle du système nerveux autonome. L’objectif de cette intervention est de présenter les différents acteurs qui jouent un rôle dans le contrôle du geste et de la posture, en incluant plus précisément le rôle des structures abdominales et de leurs intégrations neurologiques afin que les professionnels des arts vivants puissent les intégrer dans leur quotidien, que ce soit en terme de conscience, d’entretien et de soins.

    |-| Documents joints
    info document  (PDF – 1.3 Mo)

  • Les contraintes techniques spécifiques à la diffusion de la danse par la Reditec (Association professionnelle des responsables techniques du spectacle vivant)


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Les contraintes techniques spécifiques à la diffusion de la danse par la Reditec (Association professionnelle des responsables techniques du spectacle vivant)


    Quelles sont les conditions requises pour qu’un spectacle de danse se déroule bien, en termes de préservation de la santé des danseurs ? Comment concilier impératifs techniques, budgétaires, temporels, artistiques et santé des danseurs ?
    Comment favoriser la compréhension des enjeux et problématiques spécifiques à chacun : direction technique du lieu, chorégraphe, scénographe, danseur ... ?
    Danser, à quelles conditions : quelles sont
    les limites à ne pas dépasser ?
    Cette table ronde pose à la fois la question
    du plateau, de la hauteur sous cintres,
    des dégagements, des coulisses, des choix scénographiques (décors, lumières...) et de
    la chorégraphie.

  • L’amortissement des sauts par le mouvement : prévention pour les cartilages par Blandine Calais-Germain


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    L’amortissement des sauts par le mouvement : prévention pour les cartilages par Blandine Calais-Germain


    Blandine Calais-Germain
    Studio 3 - 11h30 / 12h30

    La retombée du saut peut donner lieu, en danse, à un choc qui se répercute depuis le sol, en remontant à travers le squelette.
    Ceci concerne particulièrement les cartilages des os porteurs, ainsi que les ménisques et tous ces tissus qui se trouvent à la jonction articulaire, et qui sont là pour protéger l’os sous-jacent des contraintes que génère le mouvement. Le choc constitue une percussion, une compression,
    qui peut, à la longue, les fragiliser et même les léser, surtout s’il se produit toujours au même endroit par la répétition du même mouvement. Pour se prémunir de ces effets, on peut chercher à avoir un sol amortissant, ou un chaussant amortissant. Mais on peut aussi travailler sur le mouvement lui-même, en observant comment une certaine forme de réception du saut dilue le choc ou le répartit au mieux.
    Cet exposé présente la chronologie de la réception du saut, ses déroulements possibles, et les moments-clés où il convient de synchroniser certaines actions parfois minimes pour que le choc ne se produise pas, ou pour qu’il se répartisse.
    Il présente aussi certaines forces qui peuvent entrer en jeu pour cela. Enfin il propose des progressions pédagogiques pour acquérir ces savoir-faire dès les premiers apprentissages de la danse jusqu’aux sauts plus techniques.

  • Ouverture Forum International "Danse et santé" par le Pr Didier Sicard


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Ouverture Forum International "Danse et santé" par le Pr Didier Sicard


    Pr Didier Sicard
    Professeur de médecine à l’Université Paris Descartes

  • Prévenir l’influence du geste répétitif sur la posture par Philippe Campignion


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Prévenir l’influence du geste répétitif sur la posture par Philippe Campignion


    Philippe Campignion (Masseur-kinésithérapeute et formateur)
    Les pathologies inhérentes à la pratique de la danse sont parfaitement identifiées. Travailler avec une trop grande amplitude articulaire est dommageable pour les articulations. Pour le danseur, comme pour le sportif de haut niveau, le problème réside dans la difficulté à réaliser des prouesses de mouvement sollicitant trop fortement le corps, tout en respectant la physiologie. Dépasser l’amplitude physiologique du grand écart ou de l’en-dehors, l’hyper-rectitude cervico- dorsale, l’hyper-lordose dorso-lombaire, l’hyperlaxité sont autant de risques à long termes. L’analyse de la posture de nombreux danseurs permet de mettre en évidence une posture type, possible terrain prédisposant à certaines de ces pathologies. Le concept des chaînes musculaires et articulaires G.D.S. (Godelieve Denys-Struyf) précise cette interaction, en associant cette posture à l’activité préférentielle regroupée en chaînes de tension myo-fasciale. Face à des professionnels qui n’écoutent pas toujours le signal d’alarme que représente la douleur, et qui ne consultent que lorsque la pathologie est déja bien installée, la solution passe par la prise de conscience de la bonne physiologie corporelle et son intégration par le vécu, afin de pouvoir gérer l’équilibre corporel au quotidien. Ne plus se contenter de maîtriser son corps, mais apprendre à l’écouter, à l’aimer. La reprogrammation d’une respiration physiologique est particulièrement indiquée dans ce cas : susciter, par le vécu, la prise de conscience des gestes justes (respect de la bonne physiologie corporelle) puis répéter ces mouvements en parallèle à l’entraînement, de façon à les ré-automatiser. Une conclusion en forme de questions : jusqu’où peut-on aller dans la performance ? Le thérapeute doit-il cautionner les excès, car c’est le plus souvent ce que nous demandent les patients ?

    |-| Documents joints
    Prévenir l’influence du geste répétitif sur la posture  (PDF – 7.6 Mo)

  • Genou et danse par le Dr Anne Thiesce et le Dr Yoann Bohu


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Genou et danse par le Dr Anne Thiesce et le Dr Yoann Bohu


    Les pathologies du genou du danseur sont assez rarement décrites, elles sont pourtant fréquentes et entravent la carrière des danseurs. L’articulation du genou réunit le fémur au tibia et le fémur à la rotule. Elle présente deux axes de liberté : flexion / extension et rotations en flexion. Les pathologies les plus fréquentes en danse classique, concernent l’appareil extenseur avec les pathologies fémoropatellaires et les tendinites rotuliennes (50%). Ces pathologies résultent souvent d’une dysplasie rotulienne ou trochléenne et/ou du travail forcé de l’en-dehors au niveau du bas de jambe dans le plié lors d’un déficit de l’en-dehors au niveau de la hanche, et/ou d’une raideur de la cheville limitant l’amorti lors des réceptions de sauts et/ou d’un manque de relâchement du quadriceps entre deux contractions. Hormis ces pathologies spécifiques, on retrouve chez les danseurs toutes les pathologies traumatiques du sportif : luxation aigüe de rotule chez l’adolescent, lésions méniscales et entorses, principalement lors de réceptions de sauts et lors de la pratique des « danses urbaines ». La pathologie dégénérative concerne le danseur plus âgé mais peut s’observer tôt après un traumatisme.
    Quelles que soient ces pathologies, il est très important pour les prévenir de privilégier la technique à la performance, de respecter l’alignement hanche/genou/cheville dans le plié, de renforcer et étirer les muscles, de rééduquer toute pathologie de cheville ou de hanche, de prendre en compte la fatigue et d’observer des temps de récupération ou de repos suffisants.

    |-| Documents joints
    Intervention du Dr Bohu  (PDF – 12.9 Mo)
    Intervention du Dr Thiesce  (PDF – 3.2 Mo)

  • Equilibre étirements / renforcement musculaire pour un geste conscientisé et poétique : un questionnement croisé entre AFCMD, ostéopathie et somatraining par Catherine Augé


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Equilibre étirements / renforcement musculaire pour un geste conscientisé et poétique : un questionnement croisé entre AFCMD, ostéopathie et somatraining par Catherine Augé


    Catherine Augé
    Studio 8 - 11h00 / 12 h 00

    Quelle est l’importance et le rôle
    de l’échauffement ?
    Pourquoi un renforcement musculaire ciblé est-il source d’enrichissement poétique ? Comment les étirements ostéo-articulaires et musculaires participent-ils à cet enrichissement ? Quel est l’intérêt pour un danseur d’avoir
    une vision/perception dynamique des tissus ? Comment tous ces éléments mêlés peuvent-ils influer sur la bonne santé du danseur ?

    |-| Documents joints
    info document  (PDF – 1.9 Mo)

  • Prévention des pathologies du danseur par l’organisation de l’équilibre et les ajustements posturaux par Anne-Violette Bruyneel


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Prévention des pathologies du danseur par l’organisation de l’équilibre et les ajustements posturaux par Anne-Violette Bruyneel


    Studio 3 / 15h30-16h30 — ATELIER Anne-Violette Bruyneel

    Prévention des pathologies du danseur par l’organisation de l’équilibre et les ajustements posturaux

    Les capacités d’organisation de l’équilibre et du mouvement font partie intégrante de la prévention des pathologies du danseur.
    En effet, toute activité motrice spécialisée, comme les mouvements dansés, nécessite un compromis efficace entre la mobilité et la stabilité du corps. Lorsque ces stratégies ne sont pas optimales, le danseur développe des compensations qui peuvent engendrer une sur-sollicitation des articulations,
    des tendons ou des muscles. Par ailleurs, le manque d’adaptabilité des ajustements posturaux induit une diminution de la performance voire une instabilité. Dès lors, l’apprentissage de la danse doit inclure un travail spécifique de l’équilibre au service de la prévention. Cet atelier abordera les éléments théoriques et scientifiques nécessaires à la mise en place d’un travail efficace de l’équilibre pour le danseur.

  • Quelles actions pour préserver le capital santé des danseurs ?


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Quelles actions pour préserver le capital santé des danseurs ?


    Sécurisation du parcours, droits, bilans de prévention, complémentaire santé, etc.
    Groupe de protection sociale dédié aux professionnels des secteurs de la culture, de la communication et des médias, le Groupe Audiens assure la gestion du Fonds de professionnalisation et de solidarité des artistes et techniciens du spectacle.

    |-| Documents joints
    Bilans de prévention santé Professionnels du Spectacle   (PDF – 1.3 Mo)

  • Le pied du danseur : clés fonctionnelles pour la prévention et la performance par Santiago del Valle Acedo


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Le pied du danseur : clés fonctionnelles pour la prévention et la performance par Santiago del Valle Acedo


    Nous aborderons l’anatomie pratique du pied et de la cheville grâce à la morphologie, l’auto-palpation et l’observation du mouvement. Différentes situations techniques seront traitées aussi bien sur le plan statique (pied à plat, demi-pointes) que dynamiques (saut, réception, tour) afin d’obtenir un meilleur équilibre.
    Partant de ces bases, des exercices d’automassage, auto-étirement, renforcement et proprioception seront proposés en faisant le lien avec les principales pathologies et dysfonctionnements retrouvés en danse.
    Le danseur, de tout style, trouvera des bases pratiques pour la prévention et l’optimisation de cette importante région de son corps.
    De plus, le professeur de danse trouvera des outils pédagogiques et conceptuels lui permettant d’enrichir sa transmission avec justesse et simplicité. (Prérequis : coup d’œil préalable à l’anatomie du pied).

    Voir vidéo de la conférence « Le pied du danseur : clés fonctionnelles pour la prévention et la performance par Santiago del Valle Acedo »

  • Santé et geste artistique


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Santé et geste artistique


    « Je propose une réflexion ouverte, à la croisée de mes souvenirs d’artiste, d’observateur placé au cœur des apprentissages de la danse et de responsable de projet pédagogique aujourd’hui au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).
    Paroles relatives à l’attention qu’un danseur peut porter au corps, à son propre corps. Questions qui ne trouvent leurs réponses qu’au cœur de la pratique. Où s’origine la préoccupation de faire mieux, la curiosité d’en savoir plus sur la maîtrise du mouvement ? Pourquoi rechercher une compréhension plus objective des mobilités du corps ? Jusqu’où nourrir le désir de se mettre au service de l’expressivité d’un chorégraphe ? Comment entretenir le besoin, la nécessité d’être en acte, le sentiment d’urgence ? Pourquoi tenter de prendre un risque ou chercher à se préserver ?
    Être attentif, être à l’écoute de soi, participe d’une organisation spécifique du danseur à l’endroit où, tout en se « dépensant » physiquement, il se révèle à lui-même comme pensant son geste en tant que texte. Tout texte est un long cheminement où interagissent en permanence, désirs et peurs, choix et obligations, espaces de liberté et de contrainte, arbitraire et logique,
    jeux avec l’imprévu et inventions de systèmes d’écriture et surtout, incessante remise en acte et en corps.
    Cette textualité à l’œuvre, ce geste toujours en devenir, est le voyage de l’artiste. Son vécu est le déplacement sans fin dans l’interprétation. Parcours où se découvrent les clés des négociations toujours risquées avec l’effort, l’énergie à dépenser, les limites à ne pas dépasser, où l’on rencontre aussi le ressourcement, l’incorporation, l’appropriation, la régénération, où ce qui a été consumé, nourrit en retour. »test

  • TABLE RONDE Pour une médecine de la danse. Les programmes autour de la santé du danseur : approches internationales


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    TABLE RONDE Pour une médecine de la danse. Les programmes autour de la santé du danseur : approches internationales


    Comment, à partir des expériences initiées dans différents pays, s’esquissent des programmes au service d’une médecine de la danse ?
    Informer, fédérer, développer des réseaux, favoriser la recherche seront autant d’enjeux évoqués lors de cette table ronde, dans une perspective d’éducation, de prévention et de soin.

    |-| Documents joints
    Tamed® Dance Medicine Germany - Dr Liane Simmel  (PDF – 1.8 Mo)
    Erin Sanchez, Dance UK Healthier Dancer Programme  (PDF – 2.8 Mo)
    Pour une médecine de la danse - Expérience suisse - Dr Carlo Bagutti  (PDF – 3.5 Mo)
    Centre de Médecine Danse et Musique à la Haye (Pays-Bas) - Dr Boni Rietveld  (PDF – 4.5 Mo)
    ADMR L’Association Danse Médecine Recherche (Monaco) - Peter Lewton Brain  (PDF – 2.4 Mo)

  • Atelier : Les apports pour la danse des sciences et de la médecine du sport : l’exemple du saut


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Atelier : Les apports pour la danse des sciences et de la médecine du sport : l’exemple du saut


    Fondée en janvier 2014, GJUUM est composée d’une équipe interdisciplinaire de chercheurs en sport, kinésithérapeutes, psychologues du sport, préparateurs physiques et maîtres de ballet qui mettent les progrès de la science du sport et de la médecine à la disposition des danseurs du XXIe siècle.

    |-| Documents joints
    info document  (PDF – 1.2 Mo)

  • Le genou du danseur : un important centre de coordination de la jambe par le Dr Liane Simmel


    Si vous utilisez Safari 10.0 et supérieur, merci d'activer le module Flash (Préférences -> Sécurité -> Réglages du module externe -> Artiver Adobe Flash Player)

    Le genou du danseur : un important centre de coordination de la jambe par le Dr Liane Simmel


    En tant que plus grosse articulation du corps, le genou agit comme un important centre de coordination de la jambe. Situé entre l’articulation de la hanche et le pied, il réagit à chaque mouvement et position de ses partenaires fonctionnels. Lorsqu’il s’agit d’évaluer la tension et la charge qui pèsent sur le genou du danseur, la forme et la mobilité du pied, la structure osseuse et musculaire de la hanche, la position du bassin et de l’ensemble de la colonne vertébrale jouent un rôle majeur.
    Pour avoir un aperçu des exigences liées au corps du danseur, on commence par analyser l’anatomie du pied, la torsion tibiale, l’antéversion de la hanche et la ceinture pelvienne. On examine ensuite la souplesse, la fonction et la force musculaire pour pouvoir sélectionner, au cas par cas, des éléments clés au moyen desquels les danseurs seront à même d’influencer, de modifier et d’améliorer la biomécanique de leurs membres inférieurs. L’étape suivante consiste à étudier les habitudes quotidiennes corporelles, qui peuvent avoir une incidence négative sur la fonctionnalité en introduisant des schémas de mouvements dommageables dans le système moteur neurologique des danseurs.
    Ce processus souvent inconscient se répète quotidiennement. Pour y mettre fin, on réalise des exercices précis axés sur la mobilisation (afin d’élargir les possibilités de mouvement),
    la prise de conscience, le renforcement (pour permettre aux muscles et au système neurologique d’effectuer des mouvements auxquels ils ne sont pas habitués) et la relaxation (afin de réduire les tensions musculaires inutiles et les restrictions au niveau des tissus mous).
    Cet exposé s’adresse aux danseurs, aux professeurs de danse et aux praticiens intéressés par une approche holistique de l’alignement des jambes des danseurs et qui souhaitent aider les danseurs à optimiser leur propre approche anatomique et biomécanique.

    |-| Documents joints
    Le genou du danseur : un important centre de coordination de la jambe  (PDF – 1.8 Mo)