<
Portail documentaire de la médiathèque du Centre national de la danse

Accueil > Médiathèque numérique > Explorer les collections > Périodiques anciens > Revue de la danse (1947-1948)

Revue de la danse (1947-1948)

L’après-guerre signe une étape importante dans l’histoire de la presse spécialisée en danse. En effet, dans les années 1920-1940, la danse est "encore largement l’affaire d’une élite" [1], ce dont témoigne l’existence de revues savantes (les Archives internationales de la danse (AID), le Guide Chorégraphique - Arts et Mouvement etc..) ou donne lieu plutôt à des publications liées aux danses de société (la Revue de la danse, Dansons, la Tribune de la danse, l’Echo de la danse..), très en vogue dans l’entre-deux-guerre.

Dans les années 1940-1950, la communauté de la danse s’élargit tant du côté du public (pratiquants, amateurs...) que des journalistes et des critiques, par ailleurs "souvent venus du théâtre ou de la musique" [2], qui prennent de plus en plus la plume pour écrire sur la danse. Parallèlement à l’accroissement des rubriques de danse dans la presse quotidienne, d’autres revues spécialisées apparaissent comme en témoigne l’éphémère Revue de la danse.

Fondée en 1947 et dirigée par Jacques Lebar, la publication " n’a qu’un but : défense et illustration de l’art et du métier de la danse, sous toutes ses formes nationales ou internationales, et sous tous ses aspects : danse classique, danse rythmique, danse folklorique, danse de salon et de jazz, danse à l’écran, acrobatie, patinage artistique, etc...". [3] Richement illustrée de photographies, notamment de Serge Lido ou encore Robert Doisneau, la revue offre aux lecteurs des articles nombreux et variés : critiques de spectacles, interviews, "grandes enquêtes de la revue de la danse", "leçon de danse" mais aussi des brèves sur l’actualité en France et à l’étranger, des recensions de livres, de disques ou de films, des revues de presse. La publication comporte également une section consacrée aux activités des Archives internationales de la danse (AID).

A partir du numéro 4 d’avril 1948, la revue incorpore un supplément : Terpsichore 48. De nombreuses personnalités vont contribué à la revue notamment les journalistes, critiques et écrivains Irene Lidova, Pierre Michaut, Jean Silvant, Françoise Reiss, François Guillot de Rode ou encore le chorégraphe Serge Lifar.

La collection est constituée des 6 numéros connus publiés d’ octobre 1947 à juillet 1948.

Numérisation 2018.


[1Jacqueline Robinson. L’aventure de la danse moderne. Paris, Editions Bougé, 1990, p.359

[2idem

[3Revue de la danse, n.1, 1947.